SAVIEZ-VOUS QUE...
   
 

Beaucoup de gens connaissent déja le site ferroviaire de Vallée-Jonction avec toutes ses installations actuelles, sauf généralement celles d’époque malheureusement quasi toutes détruites avant ce nouveau millénaire.  De ces installations pour lesquelles on ne retrouve presque plus de trace, mentionnons entre autres :

  • Les 2 premiers ateliers de réparation de locomotives (shop d’engins ou roundhouse ou rotonde), situés du côté nord de la gare, dont le 1er (1884) fut détruit par un incendie en 1910;

 

  • Les 11 voies d’évitement enlevées en 1986-87 situées sur les deux rives de la rivière Chaudière et des deux côtés de la gare, érigées d’un bout à l’autre du village;

 

  • L’actuelle rotonde, construite en 1918, dont l’équivalent de 6 puits de réparation furent démolis vers 1962 quand la vapeur est réellement disparue des paysages ferroviaires;

 

  • Le freightshed (entrepôt de marchandises) bordé d’une siding (voie d'évitement) de chaque côté et situé aux abords de la gare a été démoli en 1987;

 

  • Le garage à 2 portes pour les autobus du Québec Central érigé dans les années 1930 tout près de la rotonde actuelle (la fondation est encore présente);

 

  • La balance pour wagons située à mi-chemin entre la gare et la rivière Morency (qui coule en plein coeur du village); la première station (1879-1917) du nom de Beauce Junction, faite entièrement de bois et 4 fois plus petite que celle d’aujourd’hui qui date de 1917 et pour laquelle cette dernière (la gare actuelle) était considérée à cette époque comme la plus moderne et la plus spacieuse sur tout le réseau du Québec Central, long de 536 km;

 

  • Les 3 premiers ponts ferroviaires au-dessus de la rivière Chaudière (le 1er pont fait en bois en 1881 sur des piliers faits de cages de bois remplis de roches et emporté par les glaces en avril 1896, le 2e aussi en bois qui fut remplacé en 1905 par un autre en acier avec piliers de béton armé ajoutés en 1912, le 3e emporté par le bois dravé lors de l’inondation du 31 juillet 1917 durant laquelle le niveau de la Chaudière grimpa de près de 30 pieds au-dessus de son niveau normal en moins de 2 jours, et l’actuel pont de 520 pieds de long qui survit encore malgré les rudes épreuves amenées par la Chaudière (de plus en plus «débordante» de sautes d’humeur);

 

  • Les 3 tours à eau en bois (châteaux d’eau) situées à 3 endroits différents dont la première érigée à l’entrée est du pont des chars et incendiée (surprenant n’est-ce pas ?), la deuxième dans la cour située du côté nord de l’église et la dernière tout près de la rotonde actuelle;

 

  • Les 3 «coalchute» (tours à charbon) érigés aux abords des rotondes;

 

  • Le débarcadère pour automobiles situé du côté  nord de la gare; les enclos pour animaux de la Canada Packers dans la cour Bilodeau du côté ouest de la rivière Chaudière;

 

  • Le système d’amenée d’huile vers les réservoirs de l’Imperial Oil à la sortie nord du village; la balance pour les wagons transitant à la gare de Vallée-Jonction;

 

  • Plusieurs autres bâtiments ayant servis à l’entreposage des outils, des draisines et de matériels d’entretien ferroviaire.

 

  • Finalement, plusieurs bâtiments commerciaux (magasin général, restaurant et hôtel) ont occupés à une certaine époque les terrains adjacents à la gare de Vallée-Jonction.  Ces commerces ont permis d'accommoder les voyageurs de passage ainsi que les résidents du village.